femmes-technologie

La technologie au féminin : des initiatives pour les femmes dans le digital

Par | Dans l'air du temps | Pas de Commentaire

Le monde de la technologie est majoritairement masculin. Seulement un quart des employés dans le milieu des sciences et de la technologie sont de sexe féminin. Le problème commence bien sûr dès l’école, où beaucoup de filles n’osent pas se lancer dans des études techniques. Mais heureusement, les choses sont en train de changer. De nombreuses entreprises ont lancé des initiatives pour encourager les filles à apprendre à coder, même quand elles n’ont pas nécessairement suivi des études techniques auparavant.

Je pense qu’il est essentiel aujourd’hui d’avoir des bases en codage, ne serait-ce que pour mieux comprendre le monde qui nous entoure. Le problème, c’est qu’entre les applications mobiles, les sites classiques, les applications web et leurs multiples API, et les objets connectés, il devient de plus en plus compliqué pour une novice de savoir par où commencer.

Voici quelques initiatives destinées aux filles – ne vous inquiétez pas les garçons, je liste aussi quelques sites à la fin de l’article pour apprendre à coder en général – pour se lancer et, qui sait, peut-être, se découvrir une nouvelle passion ! :happy:

Girls in Tech : la technologie pour les femmes

Logo Girls in Tech Paris

Commençons par le plus connu de tous. Girls in Tech est une initiative qui vise à encourager les filles à apprendre à coder et à créer leur propre entreprise en s’appuyant sur les moyens offerts par le web. Girls in Tech propose par exemple des cours de codage gratuits en partenariat avec Microsoft – auxquels je m’étais inscrite mais auxquels je n’ai pas pu assister puisque j’ai déménagé à Londres, mais aussi des rencontres et des conférences – la dernière était avec Sheryl Sandberg, la COO de Facebook, et auteure du célèbre livre Lean In (“En Avant Toutes”), un livre qui encourage les femmes à suivre leurs ambitions et à s’accomplir même dans des milieux traditionnellement dominés par les hommes.

Biilink, un réseau social pour les entrepreneuses

Biilink est un réseau social reservé aux femmes porteuses de projets. Le but est de s’entraider, d’échanger des conseils, et le réseau a réussi à réunir plus de 15 000 membres en quelques semaines. Il faut dire que l’initiative est soutenue par des poids lourds : Fleur Pellerin, aujourd’hui Secrétaire d’État, et anciennement en charge de l’Innovation et de l’Économie numérique en France – c’est elle qui a lancé la “French Tech” pour soutenir les villes françaises investissant dans le numérique – mais aussi de grandes entreprises comme La Caisse d’Epargne. Si vous avez un projet d’entreprise, n’hésitez pas à vous inscrire !

Les associations pour les femmes et la technologie

Il existe plusieurs associations que vous pouvez rejoindre en tant que membres pour profiter des opportunités de networking, de business dating, de débats, d’ateliers, et de visites d’entreprises. Les deux plus importantes en France sont Girlz in Web et Cyberelles. La première est ouverte à toutes en échange d’une cotisation annuelle de 40 euros – ce qui n’est pas rien, je vous l’accorde, mais l’accès à ces événements privés peut s’avérer être un sésame vers un premier emploi – et la seconde est gratuite, mais réservée aux femmes ayant au moins entre 10 et 15 ans d’expérience dans le monde du digital. On doit alors remplir un long formulaire et une commission décide ou non d’accepter l’entrée de la candidate dans le réseau Cyberelles.

Les incubateurs

En France, nous n’avons pas encore la chance de bénéficier d’initiatives telles que celles lancées aux Etats-Unis ou en Angleterre – je pense à #40Forward, une initiative soutenue par Google, avec un million de dollar investi pour lancer 40 incubateurs et augmenter le nombre de femmes dans la technologie de 25% – mais heureusement ça commence à bouger tout doucement. Paris Pionnières est par exemple un incubateur privilégiant les projets où au moins un des porteurs est une femme. L’initiative s’adresse aussi bien aux femmes qui n’en sont qu’au stade de l’idée qu’à celles qui ont monté leur start-up il y a déjà quelques années. L’idée plaît beaucoup et plusieurs villes se sont lancées à leur tour, dont Bruxelles avec Bruxelles Pionnières.

Les cours de coding

Comme dit plus haut, Girls in Tech propose de temps à autres des cours de coding pour les femmes. S’il y à plein d’initiatives à Londres – comme Code First: Girls qui offre des cours du soir gratuits, ou le programme Makers Academy, qui est un vrai cours à plein temps sur plusieurs mois et qui offre une réduction de £500 pour les femmes – je n’ai pas trouvé d’initiatives similaires en France.

Il faudra donc se rabattre sur les excellents cours en ligne de Codecademy ou de Open Classrooms. Un autre article à venir avec plus de détails sur ces sites d’apprentissage en ligne :)